· 

Le musée, ami des influenceurs

En quoi le numérique modifie-t-il les pratiques de médiation culturelle ?

Milad Doueihi écrit qu’ « il ne suffit plus de savoir lire et de savoir écrire, (qu’)il nous faut maintenant d’autres savoirs et d’autres pédagogies (…) des savoirs issus du numérique, de ses critères émergents et de ses repères propres » (Doueihi, M., Qu’est-ce que le numérique ?, Paris, PUF, 2013).

 

Le numérique vu en tant que “nouvelle tendance” change-t-il les rapports de force dans la sphère professionnelle de la médiation culturelle et patrimoniale ? Nous voulons revenir sur les stratégies numériques que doivent dès à présent développer les médiateurs dans leurs pratiques : s’agit-il seulement d’utiliser de nouveaux outils ? 

Personnalisation de la visite : bonjour, vous vous appelez comment et vous aimez quoi ?

Nous en parlions déjà la semaine dernière : le numérique est omniprésent dans la sphère culturelle : La réalité virtuelle, et en particulier les Escape Games VR, sont par exemple devenus une mode au sein des musées et des différentes institutions culturelles. Il est donc intéressant de voir comment les professionnels du patrimoine utilisent les supports numériques pour compléter leur savoir-faire au cours d’une visite. Les contenus des plateformes sont souvent amenés à changer dans le temps : on peut observer une personnification des contenus à partir des données que l’utilisateur a enregistrées. En 2015 par exemple, Le Museo del Prado a lancé un nouveau site personnalisé et sémantique pour « transformer complètement l’expérience numérique du musée ». Si cela pose des questions éminemment éthiques que le RGPD régule en Europe, les médiateurs culturels, en recueillant ces données, peuvent avoir la possibilité de transformer les contenus des collections ou les sujets des expositions temporaires. Le musée devient l'espace physique "à la Netflix", qui contrôle et régule ce que vous allez voir pour vous proposer une expérience toujours plus satisfaisante... Cette logique d’adaptation provoque donc une réelle mutation des pratiques de la médiation culturelle.

"le sacre de l'amateur" : les influenceurs pèsent dans le game

Avec le développement du “Web 2.0” (c’est-à-dire l’apparition des réseaux sociaux vers 2007, le développement des smartphones et autres objets connectés, les plateformes participatives, etc.), le visiteur (“l’amateur”, lire Patrice Flichy) se libère et peut enfin donner son avis, ses idées : il élabore lui-même sa propre médiation. Le plus fun, c’est qu’en devenant influenceur, il propose ses réflexions et son savoir à un véritable public (mais encore faut-il le devenir !). Le Web 2.0 démultiplie les blogs spécialisés, les chaînes YouTube thématiques et divers groupes d’amateurs. Il s’agit de vulgariser l’art, le patrimoine et la culture. Les visiteurs se parlent entre eux. Cela pose éminemment la question de la valeur de l’information et de la place des professionnels dans ce nouvel espace collaboratif : au fur et à mesure, les conservateurs, guides et autres médiateurs ont accepté le challenge de la transition numérique en ouvrant des comptes Twitter (ici celui de Nicolas Milovanovic conservateur au Louvre), YouTube (ici le compte du MoMa) ou même en contribuant aux pages Wikipédia associées à leur domaine.

 

Finalement, on voit que la transition est progressive, mais que les pros doivent continuer à se faire un peu de mouron. Comme les profs ou les libraires, ils doivent trouver un moyen de prouver leur valeur ajoutée pour subsister. Leur légitimité et leur savoir-faire sont d'énormes atouts face aux méandres d'amateurs, qui certes peuvent apporter beaucoup, notamment grâce à leur connaissance des outils et du format, mais qui ne produisent que des contenus non scientifiques. Des expériences tel le Muséomix sont nécessaires pour faire se rencontrer ces différents acteurs de la médiation culturelle d'aujourd'hui.

A découvrir également...

Ecrire et produire pour la réalité virtuelle

1er juillet 2019

De la gestion de projet numérique dans la sphère du patrimoine et de la culture... lire la suite


Comment lutter face à la datafication du monde ?

3 juin 2019

Je n’ai pas peur des ordinateurs. J’ai peur qu’ils viennent à nous manquer. [Isaac Asimov] lire la suite


Bonjour, petit habitant du cosmos

5 novembre 2018

Finalement, pourquoi parler des innovations, du numérique, des médias, de la culture ?... lire la suite